Non classé

Et si on jouait à Epic Mickey 2 – Le retour des héros ?

epic-mickey-le-retour-des-heros-playstation-3-ps3-1346770708-034
Retour dans le Monde de la Désolation…

Disons le simplement: Epic Mickey 2 – Le retour des héros fait partie de ces jeux qui vous laissent une impression brouillonne et mitigée. Cet opus est aux jeux vidéos ce que les derniers films de Tim Burton sont au cinéma : il vous laisse la désagréable sensation d’avoir quelque chose avec le potentiel pour être franchement sympathique mais qui, au final, passe à côté de ce à quoi il aspirait.

Pourtant, quand j’ai glissé le CD dans ma bonne vieille Wii (que je n’avais d’ailleurs pas remise en marche depuis un bon bout de temps), j’éprouvais une joie réelle et agréable de retrouver la bande originale qui avait contribué à faire du précédent volet un titre immanquable. Dès les premières notes, les sensations et les rebondissements de la première aventure dans le Monde de la Désolation remontent instantanément à la surface, et vous font vous enfoncer un peu plus dans le confort moelleux du canapé, prêt à retrouver le Savant Fou, Oswald et tous les autres. En réalité, la musique de ce jeu est le seul point indéniablement positif que j’en retirerai. C’est d’ailleurs bien malheureux (et symptomatique) puisqu’elle est en tout point … similaire au jeu précédent. Remarque qui m’amène dès lors à un point crucial : comment peut-on arriver, en reprenant quasiment l’intégralité des éléments qui ont fait la réussite d’Epic Mickey 1, à un résultat finalement si médiocre ? La réponse tient en deux points d’égale importance : un scénario bancal et un mode de jeu (trop) tourné vers la coopération.

Pour ce qui est de l’histoire, mal ficelée, la plupart d’entre vous comprendront pourquoi cela pose un souci de taille à la réussite de ce titre. Si certains ont vanté le foisonnement de quêtes annexes et autres missions bonus présentes dans le jeu, elles m’ont plutôt données la même impression que lorsque l’on se retrouve dans un magasin Ikéa pendant les soldes : on regarde partout, on teste tout et finalement on oublie pourquoi on est venu. En résulte alors une sorte de marasme scénaristique qui nous empêche de nous impliquer réellement dans la trame principale. Fort (mal)heureusement, cette situation n’est pas si grave puisque le niveau de ladite trame principale a été revu nettement à la baisse par rapport au premier opus. Finis les rebondissements, les énigmes et les casse-têtes qui donnaient à Epic Mickey 1 sa saveur particulière et son ambiance parfois flippante. Le public visé est clairement une classe d’âge en-dessous du premier, ce qui semble avoir justifié chez Disney une diminution de la qualité de l’intrigue. Rien que la scène d’ouverture,  où vous pouvez chanter en karaoké avec le Savant Fou, vous fera comprendre de quelle hauteur mon espoir est tombé pour s’écraser dans les tréfonds des Marais de la Mélancolie (Atreyu, si tu nous écoutes depuis le dos de Falkor…).

Ajoutez à cela un temps de jeu très court (comptez en tout trois boss et moins de dix heures pour finir l’aventure) qui peut être considérablement allongé si vous vous vous sentez l’âme d’un Indiana Jones de salon, et que vous explorez la jungle des quêtes annexes.

epic-mickey-le-retour-des-heros-playstation-3-ps3-1352968444-041
– On va où maintenant ?
– Je ne sais pas. Je pensais que TOI tu savais…

De son côté, le mode coopératif, point phare du jeu, devait nous permettre de jouer avec un petit camarade qui partagerait notre aventure. L’intention est fort louable, à une époque où les jeux jouables en multi local deviennent aussi rares que des émissions de qualité sur Direct 8,  le résultat s’avère parfois assez inattendu.  Si cette possibilité apporte un vrai plus au jeu, elle transforme certaines parties du jeu en véritable calvaire si vous avez le malheur d’y jouer tout seul. Oswald contrôlé par l’IA se révèle tout bonnement incapable de prendre une initiative, ce qui vous contraindra par moment à activer votre seconde Wiimote pour jouer les deux personnages en même temps et, enfin, débloquer la voie. Cela ne pose guère de soucis dans un couloir désert, c’est nettement plus ennuyeux en face d’un Boss qui vous asperge de dissolvant.

Ce constat global est d’autant plus dommage que le jeu recèle quelques pépites vraiment intéressantes. La bande originale dont je parlais au début a gagné en intensité et les personnages qui peuplent le Monde de la Désolation sont toujours aussi attachants. Malheureusement, cela n’a pas suffit à me retenir de faire une chose que je n’avais pas faite depuis bien longtemps : Epic Mickey 2 – Le Retour des Héros est reparti dans le rayon Occasions du Micromania le plus proche. Une triste fin pour un soft sur lequel j’avais, mine de rien, fondé beaucoup d’espoirs.

Valou

A bon entendeur

Epic Mickey 2 – Le retour des Héros

Développeur : Junction Point
Éditeur : Disney Interactive

0 comments on “Et si on jouait à Epic Mickey 2 – Le retour des héros ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :